"La ligne, le mouvement, les échos de tango: des systèmes, des écritures, et encore les lignes.

L'accident, et la recherche des équilibres. Les dessins évoluent comme une pièce, comme une danse.

Et de la même façon qu'en ces domaines, dans le dessin final nous ne pouvons pas reconnaitre la première trace qui été au début. La fascination pour ce premier geste et pour le défi de pouvoir le mettre en équilibre, c'est une de mes plus profondes motivations pour dessiner. Et après tout ça, encore toujours la ligne, le souvenir d'une danse, et l'imagination d'une prochaine."